Notre équipe Axandus est composée d’experts qui ont tous une expérience significative au sein du Groupe Sercel ou EFI Automotive. Aujourd’hui nous rencontrons Hervé, chef de projet industrialisation au sein d’Axandus Lyon depuis quelques semaines.

Peux-tu te présenter à nous et nous présenter ton parcours au sein du Groupe EFI Automotive ?

Hervé GAILLARD, 54 ans, marié et père de deux filles.

Je suis entré chez EFI (L’ Electricfil Industrie) en janvier 1990 comme concepteur mécanique process pour les faisceaux d’allumage. Puis j’ai pris la responsabilité du service « machines spéciales ». Et oui, nous fabriquions alors une grande partie de nos machines d’assemblage !

J’ai eu, à cette occasion, l’opportunité de démarrer une ligne de production pour les faisceaux d’allumage aux USA, démarrant ainsi les premières productions chez Electricfil Corporation, la filiale américaine d’EFI Automotive, basée à Livonia, près de Détroit.

Puis j’ai travaillé 2 ans sur le démarrage de la filiale chinoise à Wuhan : aménagement des locaux, ateliers, bureaux et démarrage des premières lignes d’assemblage faisceaux.

J’ai ensuite été leader technologique des capteurs de température. Développement de nouvelles briques techno, garant du design produit et de l’industrialisation.

En 2009, j’ai pris la responsabilité du pôle « plasturgie moules et outillage ».

Enfin, depuis 2013, j’ai rejoint la direction industrielle comme responsable technique site de production à Beynost, pilotant les équipes industrialisation et méthodes.

Peux-tu nous dire ce qui t’a poussé à rejoindre le service Axandus ?

Je suis monté plusieurs fois sur la plateforme Axandus, passant du temps devant la vitrine d’exposition de plein de produits différents !

La diversité des produits, les différents domaines d’applications (des fonds marins aux produits de luxe) m’ont beaucoup plu. Et cela fait maintenant 30 ans que je travaille sur des produits qui vont sous un capot moteur automobile.

Rejoindre une équipe restreinte, pluridisciplinaire est également attrayant !

Peux-tu nous expliquer ton rôle au sein de l’équipe Axandus ?

Je rejoins l’équipe Axandus comme chef de projet industrialisation, pour anticiper le départ à la retraite de Jacques dans quelques mois.

Pour ce poste, je pense qu’il faut être capable de proposer et de chiffrer un process adapté au besoin, avec le niveau d’automatisation nécessaire à la rentabilité du produit.

Bien sûr, il faut également de l’appétence terrain pour mettre en place ces lignes de production.

Connaître différents procédés de fabrications, connaître les fournisseurs potentiels pour réaliser ces machines, sont des atouts.

Mes spécialités sont la mécanique et l’automatisme. Je suis à l’aise avec le calcul du capacitaire, du takt time en fonction des volumes clients et j’ai acquis de bonne notion en lean manufacturing.

Peux-tu nous dire ce qui te plaît dans ce métier ?

J’aime partir d’une page blanche, imaginer ce que pourrait être le processus de fabrication d’un produit. J’apprécie passer du temps à rendre plus simple un process qui paraît de prime abord compliqué.
J’aime également argumenter mes choix devant plusieurs propositions.

Qu’est-ce qu’il y a de plus difficile dans ton métier ?

Les métiers de l’automatisme et les différents procédés évoluent très vite. Il est difficile d’être constamment à la page. Il faut souvent faire le choix entre une technologie maîtrisée, connue et une autre plus récente. Idem pour l’automatisation et la robotisation versus les montants d’investissement.

D’après toi, quelles sont les forces du service Axandus ?

C’est une question difficile car je découvre encore l’équipe, mais les premiers échanges m’incitent à penser que les esprits sont ouverts, que chacun est capable de travailler sur un périmètre large, au-delà de sa spécialité.

J’ai également le sentiment que le réseau est considérable, que l’équipe est à l’affût de tout ce qui se passe dans le monde de l’entreprenariat et des start-up.

D’après toi, quelles sont les clés de la réussite d’un projet d’industrialisation ?

Participation à la conception du produit, analyse des risques, chiffrage raisonné, simplification pour meilleure maîtrise, des systèmes anti-erreur pour éviter de compter les rebuts en fin de ligne…
D’un point de vue méthodes : des flux clairs, éviter les opérations inutiles (stock, manutention, etc.) flexibilité de la main-d’œuvre par rapport aux volumes à produire.

Si tu devais décrire Axandus en 3 mots quels seraient-ils ?

  • Innovation
  • Diversification
  • Accompagnement

Mots de la fin : Quel est ton plat préféré ? Et quel est ton film préféré ?

Ce n’est plus l’hiver, mais tant pis : saucisses de Morteaux, pommes de terre, cancoillotte. Accompagné d’un savagnin bien sûr !

Je ne sais pas si j’ai un genre de film préféré. J’aime bien le cinéma, mais je dirais un road movie : Little miss sunshine.

Laisser un commentaire