Notre équipe Axandus est composée d’experts qui ont tous une expérience significative au sein du groupe Sercel ou EFI. Aujourd’hui nous rencontrons Denis, chef de projet start-up. Après 32 années au sein d’EFI Automotive, il a intégré la structure lyonnaise d’Axandus. Découvrez avec nous un métier à la fois riche et complexe. 

Peux-tu te présenter à nous et nous présenter ton parcours au sein du groupe EFI ?

Je m’appelle Denis Faure, j’ai 61 ans et je travaille chez EFI Automotive depuis 1989. Expert en dessin industriel, je suis originellement spécialisé dans la conception d’objets mécatroniques pour le marché automobile. Au cours de ces 32 années au sein du Groupe EFI, j’ai eu l’occasion d’occuper différents postes tels que :

Denis Faure - Chef de projet start-up
  • Chef de Projet pour le développement de capteurs nouvelles génération au sein de notre bureau d’étude.
  • Également, chef d’atelier de production où j’ai eu l’occasion de diriger une petite équipe d’opérateurs et de techniciens.
  • Chef de Projet « Création de la procédure de fabrication pleine cadence » aujourd’hui généralisée à l’ensemble du Groupe EFI Automotive.
  • Ensuite, j’ai rejoint l’équipe outillage (moulistes, découpe cosses, industrialisation).
  • Puis j’ai rejoint l’équipe RFQ pour la réalisation de chiffrage et le développement de nouvelles briques technologiques.

Après cette succession d’activités j’ai intégré Axandus en 2016. Mon premier projet d’envergure au sein de cet accélérateur industriel a été le développement et la mise en place d’une ligne de production pour la l’entreprise Primo1D.

Depuis, je suis Chef de Projet start-up et je réalise l’industrialisation de nombreux projets.

En tant que Chef de projet start-up, peux-tu nous expliquer ton rôle au sein de l’équipe Axandus ?

Mon rôle au sein d’Axandus est d’accompagner les start-up dans leur phase de développement, afin d’obtenir un produit fiable et industrialisable. En effet, j’ai un rôle de coordinateur entre les différents intervenants sur un projet : designer, acheteurs, fournisseurs, clients…

Mon expérience de la conception produit et de l’industrialisation me permet d’intégrer les contraintes dans ces deux domaines.

Peux-tu nous dire ce qui t’as poussé à rejoindre le service Axandus ?

La diversité des activités et des sujets abordés, avec des projets tous différents mais tous plus intéressants les uns que les autres.

Qu’est-ce qu’il y a de plus difficile dans ton métier de chef de projet start-up ?

Le plus difficile à gérer c’est de s’adapter aux spécificités de chaque projet et les technologies concernés, car le temps de développement est très court. On doit viser juste dès le départ pour respecter les plannings.

D’après toi, quelles sont les forces du services Axandus ?

Pour moi, la force de notre service est notre souplesse de fonctionnement, avec des expériences et des compétences complémentaires.

Comment se déroule l’accompagnement avec les start-ups ?

Pour réaliser l’industrialisation des start-ups qui nous confient leurs projets, nous nous appuyons sur les 85 ans de savoir-faire industriel du Groupe EFI Automotive. Notre maîtrise des procédés de fabrication nous permet de mettre en place rapidement leur production industrielle et ainsi accélérer leur Time to Market.

Nous travaillons avec des méthodes agiles, en mode projet !

Nous organisons des kick-off de lancement, des réunions hebdomadaires : on suit de près les plannings que nous nous sommes fixés. Ainsi, nous avançons étapes par étapes avec accomplissement de jalons GO/NO GO.

La première étape du processus d’industrialisation démarre généralement par une analyse fonctionnelle de la solution. Nous en déduisons un plan de validations et d’améliorations et nous réalisons ensuite la conception industrielle de cette version 2.0. En parallèle nous réalisons un travail de cotations et de chiffrage auprès de notre carnet de fournisseurs afin d’optimiser les coûts de reviens de la solution déployée. Cette étape validée, nous passons au prototypage et validation.

Une fois le produit testé et validé, il est lancé en production. Selon la volonté de la start-up et des dirigeants d’Axandus, l’industrialisation et la fabrication complète peut être mise en place chez nous, dans notre usine de Diversification basée en Haute Marne ; ou bien chez un tiers.

D’après toi, quelles sont les clés de la réussite d’un projet d’industrialisation ?

Il faut avant tout bien percevoir le besoin du client final. Sentir et mesurer le potentiel de marché et mettre en place des moyens adaptés aux enjeux identifiés.

Laisser un commentaire