DÉCOUVREZ… XSUN & SOLARXONE

Juil 08, 2019
Floriane RENOU

Depuis quelques années maintenant, on voit apparaître de plus en plus de drones haute technologie destinés au monitoring d’infrastructure, d’espace naturel, … Bien connus pour leur praticité, ils permettent de survoler des zones complexes (pipeline, lignes électriques, …) et vastes le tout à des coûts moindres que les méthodes classiques.
C’est pourquoi, XSUN, start-up guérandaise a développé le SolarXOne.

 

SolarXOne, le premier drone 100% autonome

Autonome en énergie et en décision, le SolarXOne est capable de rester en vol durant de très longues missions de surveillance. Dernière innovation en terme d’autonomie, le SolarXOne tentera d’établir un record du monde d’autonomie en volant 100 heures consécutives.
Un exploit technique rendu possible par son design à double voilure recouverte de panneaux solaires. En parallèle, une batterie et un cœur énergétique ultra performant permettent au drone de pouvoir voler de nuit.

 

La collaboration XSun/Axandus c’est quoi ?

De son côté, la start-up avait validé et testé son design. Il restait toutefois une importante phase de test portant sur l’électronique du produit. Dans le cas du projet XSUN, la problématique produit portait sur la résistance en température du drone. En effet, le drone reste exposé durant des heures aux rayons solaires. L’électronique est donc fortement sollicitée et peut rapidement être fragilisée si la température du drone dépasse les seuils des composants.

L’équipe projet Axandus a donc réalisé des essais thermiques sous rayonnement solaire. Elle a ainsi pu mesurer les impacts de l’échauffement électronique et l’effet de la peinture haute réflectance. Suite aux élévations de température mesurées, Axandus, XSUN et Boyd ont co-conçu un système de refroidissement installé au sein du drone. Pour valider cette conception, le drone a été testé en soufflerie. Les performances thermiques et aérodynamiques ont ainsi pu être mesurées et validées.
Dans un second temps, XSUN a fait appel à Axandus pour l’aider à concevoir et réaliser le faisceau de câbles. Les objectifs étaient de minimiser les poids, maximiser la fiabilité et permettre un assemblage dans de bonnes conditions.

A lire également : L’industrialisation : de l’idée à la commercialisation